Faits & chiffres relatifs à la sclérose en plaques (SEP)

Les femmes sont les plus touchées

La SEP n'est ni contagieuse ni mortelle. Le degré de handicap peut augmenter avec le temps, mais il existe de grandes différences d'un patient à l'autre, en ce qui concerne tant l'évolution de la maladie que la nature des symptômes. Il est donc très important que la maladie soit reconnue le plus tôt possible.

Les premiers symptômes de SEP surgissent normalement entre 20 et 40 ans. L’âge moyen lors du diagnostic est autour de 30 ans. Mais la sclérose en plaques peut également toucher les enfants, et même les nourrissons. Enfin, la maladie peut aussi se déclarer à un âge très avancé.

Les femmes sont touchées deux fois plus souvent que les hommes; jusqu’à présent, on n’en connaît pas la raison. Comme dans presque toutes les maladies, le nombre exact de personnes atteintes reste inconnu. Cela vient aussi du fait que les symptômes sont tellement diversifiés et que, chez de nombreuses personnes, ils ne se manifestent pas pendant longtemps, bien que la SEP soit active dans leur corps depuis une longue période.

Distribution de la SEP

Environ 500 000 européens, plus de 400 000 Nord-Américains et 2,5 millions de personnes dans le monde entier sont atteints de SEP. La fréquence varie entre les différentes régions de la planète, elle est tendanciellement plus élevée dans les pays économiquement développés.

Lorsqu’on indique combien de personnes souffrent d’une certaine maladie, il y a deux possibilités: soit on parle du nombre de nouveaux patients dans une période déterminée (p. ex. au cours d’une année), soit on considère le nombre total de personnes touchées. Le nombre de nouveaux patients atteints au cours d’une année s’appelle, en langage technique, incidence. On appelle taux d’incidence les nouveaux malades par rapport à une certaine fraction de la population (habituellement 100 000 personnes). On estime que le taux d’incidence de la SEP dans les régions de l’Europe centrale est de cinq à six nouveaux cas pour 100 000 habitants.

Si l’on veut savoir combien de personnes en tout sont, à un certain moment, touchées par une maladie, on parle de prévalence. Celle-ci augmente avec le nombre de nouveaux malades comptés chaque année et/ou la durée de la maladie chez chaque patient. Grâce aux possibilités thérapeutiques aujourd’hui à disposition, l’espérance de vie moyenne des patients atteints de SEP n’est pas raccourcie; la plupart des personnes vivent pendant des décennies avec leur maladie. La prévalence de la SEP dans les pays germanophones est estimée approximativement à 150 patients atteints pour 100 000 habitants, ce qui correspond à 10 000 patients atteints de SEP environ en Suisse.

Différences géographiques

Il existe des indications claires de différences géographiques dans la prédisposition. De manière générale, les zones au climat tempéré semblent être plus touchées, tandis que les personnes qui vivent plus près de l’équateur sont plus rarement atteintes. Ceci est valable autant pour l’hémisphère Nord que pour l’hémisphère Sud. Les conditions de vie et/ou les influences de l’environnement semblent également jouer un rôle: on trouve nettement plus de personnes atteintes de SEP dans les pays industrialisés que dans les régions pauvres du monde. Il est donc impossible de définir une zone bien délimitée avec un nombre de patients connu au sein d’un pays ou même d’un continent.